Comment on fabrique une housse de couette Bigarade

Par Geneviève Lorange le

Encourager un artisan local comme Bigarade requiert parfois beaucoup de patience. En effet, la production  en petite série est tout un défi pour les artisans créatifs, qui sont généralement plus des artistes que des gestionnaires. Mais tout s’apprend dans la vie et moi et ma petite équipe nous travaillons très fort à améliorer les processus au sein de mon petit atelier artisanal afin que vous ayez votre commande le plus rapidement possible.


Mais laissez-moi vous expliquer en détail toutes les étapes de production de nos housses de couette afin de vous donner une idée de notre quotidien. L’année dernière, nous fabriquons tout au sous-sol de notre boutique, mais rapidement, nous avons eu besoin d’aide extérieure!


Fait avec amour, xoxo Bigarade

 

HOUSSE DE COUETTE ‒ TRICOT


C’est notre housse la plus épaisse. Elle donne l’impression de se vautrer dans un gros nuage douillet. C’est aussi celle qui demande le plus de travail... et de transport. Quand un de nos fournisseurs est en rupture de stock, c’est toute la chaîne de production qui ralentit!


FIBRE

Tout commence par la fibre, que nous choisissons selon le fil qui nous intéresse. Frédérick de chez Titan à Anjou nous montre sa collection de fils et nous plongeons dans un monde de possibilités. 


Les couleurs, les fibres, ça me fait rêver, mais il faut rester réaliste parce qu’il faut choisir des milliers de mètres à la fois. Et il ne faut pas se tromper ! Pour un petit atelier comme le nôtre, choisir une couleur impopulaire peut être fatal. Il faut aussi considérer la durabilité, le confort et le caractère écoresponsable du fil.


De plus, un membre de la chaîne de petits artisans qui tombe et c’est tout le monde qui est pénalisé, Donc parfois,on ferme les yeux et on croise les doigts... Pourvu que Frédérick ait le fil en stock, sinon l’attente peut aller jusqu’à trois mois ( c’est déjà arrivé) .

 


TISSU

Nous nous dirigeons ensuite chez Tricots Maxime où Ève, la designer, nous explique les contraintes du tricotage et le résultat de différents mélanges de fils et de fibres. Le tricotage, contrairement au tissage, est beaucoup plus flexible et ne possède pas de nombre de fils au pouce.


Nous retournons au bureau et je m’installe à la planche à dessin. Après plusieurs courriels, visites et appels, nous recevons un rouleau de dix mètres d’échantillons. Par la suite on fait des tests de lavage, de boulochage et d’étirement et nous ajusterons les motifs, autant leur taille que leur design et leur volume.


Puis, selon nos recommandations, le tissu sera modifié et un second rouleau nous est envoyé pour recommencer le processus.

Cette danse dure tant et aussi longtemps que nous avons des corrections à apporter. C’est parfois très long à développer du tissu, mais j’adore ça!


Pour chaque couleur et chaque motif, il faut tout recommencer depuis le début puisque chaque couleur est une fibre différente qui peut réagir d’une tout autre manière lors de sa fabrication.


Quand nous sommes décidés, nous commandons un minimum de 100 mètres de tissu. Celui-ci sera tissé en deux semaines, mais c’est généralement un peu plus de trois semaines avant de le recevoir.

 

 

 

COUPE

Le tissu est très épais et donc plus lourd qu’un tissu régulier. Il sera donc envoyé à Mike sur la rue Chabanel à Montréal, qui devra le plier en deux pour le couper en plusieurs épaisseurs avec sa scie électrique.


Nous lui faisons un beau document lui expliquant ce qu’on désire, le nombre de pièces et les tailles. Selon sa charge de travail et la quantité de tissu à couper, il fera des miracles entre trois jours et une semaine.


Par la suite, le principal défi est d’aller récupérer ces immenses quantités de matériel qui constitue plusieurs déplacements en automobile. Toute la famille et les amis sont mis à contribution et le plus souvent, ma mère!


Le transport, ça prend aussi du temps. À ne pas négliger!

 

ÉTIQUETTE

Nous restons sur Chabanel et nous allons un peu plus loin chez IBC Labels pour la fabrication de nos étiquettes en coton naturel, avec notre design en main. Nous en commandons un minimum de 1000 et nous déboursons un acompte de 50 %. Nous y retournons deux semaines après pour récupérer les étiquettes et payer le solde.

 

 

FERMETURE ÉCLAIR

Nous nous dirigeons maintenant chez Kingzip, le roi de la fermeture à glissière, situé à Saint-Laurent. Ils fabriquent toutes sortes de fermetures dont ils teignent eux-mêmes les bordures à Cornwall en Ontario.


J’apporte alors un échantillon de la housse de couette afin d’y harmoniser parfaitement la fermeture éclair de 70 pouces qui se retrouvera à son pied.


Une fois la couleur choisie, je passe une commande que nous irons chercher dans une semaine.

 


CORDE

Nous retournons à Anjou voir Lorenzo chez Interlux, une entreprise familiale depuis 1966 spécialisée dans les garnitures, cordes, crochets et glands. Tout est possible avec lui!


Lorenzo commande aussi son fil chez Frédérick, donc grâce à lui, nous pouvons harmoniser toutes nos créations en utilisant le même fil, avec différents fournisseurs!

Pour les housses de couette, nous créons avec Lorenzo une corde en coton biologique non teinte qui servira à fermer notre sac. Nous utilisons aussi une plus petite corde aux quatre coins intérieurs de la housse pour attacher la couette et la garder bien en place.

 


FIL

Nous nous rendons chez KAVA sur la rue Saint-Hubert dans Rosemont afin de choisir le fil qui saura parfaitement harmoniser  avec notre tissu. Ce magasin est toujours tentant pour moi... c’est le royaume des accessoires de couturière!

 


POCHE DE DEVANT

Pendant ce temps à la boutique, nous coupons des retailles de lin en petits carrés sur lesquels nous étampons notre logo, un à un. Il faudra ensuite les repasser et coudre la bordure supérieure de chacune des poches.

 


COUTURE

Une fois que la coupe est terminée, que les fermetures éclair sont arrivées, que nous avons du fil, des étiquettes, des poches et de la corde, c’est le temps de coudre.


Une housse avec sa pochette prendra environ deux heures à coudre, mais pour accélérer le travail, la couturière fera toutes les housses en premier et les sacs en deuxième.

 

 

BOÎTE

Pour chaque taille de produit, une boîte différente est requise. Nous contactons donc la cartonnerie de Montréal pour avoir des boîtes recyclées, et si le format voulu n’est pas disponible, nous les choisirons plutôt chez Uline, qui offre des boîtes en carton de postconsommation non blanchi et fabriqué en Ontario. Choisir la boîte parfaite peut prendre quelques heures et il faut compter quelques jours avant de recevoir sa commande.


Et c’est sans compter le ruban d’emballage au nom de Bigarade que nous faisons fabriquer en banlieue montréalaise.


EMBALLAGE

Chacune de vos commandes est ensuite emballée dans une boîte en carton avec une petite carte de remerciement écrite à la main. Nous incluons aussi une carte d’affaires imprimée chez Zoum Impression à Valleyfield. Nous emballons votre commande dès sa réception et parfois, nous préférons même vous envoyer une commande partielle plutôt que de trop vous faire attendre!




Voilà les étapes de production de notre housse de couette! Vous comprendrez que lorsqu’un de nos collaborateurs est fermé, malade, en rupture de stock ou en retard, la chaîne de travail perd de sa vitesse. C’est comme un orchestre; ça prend beaucoup de pratique pour que tous suivent le même tempo!


Nous tenons donc à vous remercier pour votre patience. Et rappelez-vous, quand vous encouragez Bigarade, vous participez aussi au succès d’autres familles d’artisans comme nous!

Ancien article Nouvel article

RSS

0 commentaires

Je veux laisser un message

Les commentaires doivent être approuvés par les administrateurs avant d'être publiés