Blogue

La déco qui meuble nos vies 🛋✨

Par Bigarade Collaborator le

Avant de me rendre à la chambre à coucher… c’est dans une arrière-boutique que j’ai rencontré pour la première fois Geneviève, une femme de tête sûre d’elle et pleine d’idées. On se rencontre pour faire connaissance et voir si ça clic, elle avait besoin d’aide pour la boutique Bigarade éphémère au Mail Champlain en hiver dernier. Moi, en plein démarrage de mon entreprise Espace dZign en tant que styliste d’intérieur, c’était pour baigner dans la déco locale.

Lire plus

La déco qui meuble nos vies 🛋✨

Par Bigarade Collaborator le

Avant de me rendre à la chambre à coucher… c’est dans une arrière-boutique que j’ai rencontré pour la première fois Geneviève, une femme de tête sûre d’elle et pleine d’idées. On se rencontre pour faire connaissance et voir si ça clic, elle avait besoin d’aide pour la boutique Bigarade éphémère au Mail Champlain en hiver dernier. Moi, en plein démarrage de mon entreprise Espace dZign en tant que styliste d’intérieur, c’était pour baigner dans la déco locale.

Lire plus


Le moindre mal 🌍

Par Geneviève Lorange le

Une femme vient de téléphoner en boutique afin de me poser plusieurs questions sur nos textiles puisqu’elle fait des réactions allergiques.

J’espère que j’aurai toutes les réponses, mais aussi les produits parfaits!

 

Fabriqués à Montréal, tissés au Québec avec des fibres aussi locales, mais surtout naturelles, sans teinture, agent de blanchiment ou produits chimiques.

 Le produit parfait est fabriqué de composantes se trouvant à quelques kilomètres seulement de son lieu d’assemblage, évitant ainsi l’émission de gaz à effet de serre.

La matière première qui la compose n’a subi aucun traitement chimique nocif pour l’être humain ou l’environnement.

L’assemblage a été fait par des gens payés un salaire juste, et ce du début à la fin de la chaine de production.

Le produit en fin de vie se décomposera dans la nature comme par magie, sans laisser de traces.

 

Ce produit magique, à l’exception des aliments, n’existe pas.

 

C’est un fantasme. 

 

 De pouvoir faire pousser du lin biologique au Québec comme dans les années 1930 (le coton ne pousse pas ici, il fait trop froid)! De se procurer l’équipement pour le ramasser et gérer une ferme entourée de gens heureux! 

D’acheter ensuite une ancienne filature pour s’assurer que le fil de lin correspond aux plus hauts standard de qualité et sans aucun produit chimique.

 Puis d’acheter des cuves géantes et faire de la teinture avec des vieux légumes des fermiers qui ne sont pas assez beaux pour la consommation alimentaire. Vive la teinture avec les betteraves!

Du même coup, le recyclage alimentaire!

 Si je pouvais continuer, après avoir gagner le gros lot à la loterie, j’achèterais des machines à broder géantes pour faire des bordures de plus de 2m de long sur ses magnifiques tissus!

 Le tout serait coupé au laser avec une machine CNC et ensuite assembler avec des couturières extraordinaires et si bien organisée que ce serait comme un ballet, une chorégraphie parfaitement exécutée!

 

On reprendrait aussi tous nos produits en fin de vie pour les transformer en rembourrage d’autres produits! Afin que rien ne se perde, mais que tout se transforme! Un cycle de vie parfait!

 Voilà, on peut rêver.

Peut-être un jour. 

En ce moment en 2018 :

 Je fabrique de la literie dans un petit atelier d’Hochelaga. Ma mère coupe et deux couturières dévouées assemblent le tout.

 Si c’est de la danse, c’est plutôt entre le break-dance et la danse moderne, saccadée, intense, mais plein de désir d’apprendre.

 Bigarade c’est comme un enfant plein de bonnes intentions. On travaille avec tous les fournisseurs locaux possibles, tissus, corde, fermeture éclair, sérigraphie, etc.

Si c’est possible de le faire au Québec, on le fait. Même quand c’est plus cher, même quand c’est plus long.

Parce que le combat que j’ai choisi, c’est d’encourager les artisans locaux pour faire revivre l’industrie manufacturière au Québec… Je rêve encore, avec mon très petit pouvoir d’achat, je ne la sauve pas contre la mondialisation, mais je rêve que des milliers de petits artisans fassent comme moi et leur donnent un second souffle.

 

Parfois, mes fournisseurs chouchous ne connaissent rien aux tissus bios ou me regardent incrédules, sans réponse avec mes milliers de questions granolas. Ils ont peu de réponses pour moi comme quand je demande les composés de la peinture des curseurs de fermeture éclair.

Dans les dernières décennies, c’était une guerre de prix et non une quête d’informations.

 Je les pousse quand même quand c’est possible et parfois je fais de belles découvertes quand j’apprends qu’un de mes fournisseurs est certifié OEKO-TEX et ne le savait pas, ou ne m’en avait jamais parlé.

 

Souvent, j’ai devant moi des gens pleins de bonnes intentions, mais avec peu d’informations.

Je choisis quand même d’encourager ces gens plutôt que de chercher un tissu bio avec des certifications à l’autre bout du monde. Certifications qui sont souvent la parole de quelqu’un que je ne connais pas.

 Comme je disais à l’autre bout du fil, Bigarade est une toute petite entreprise avec un pouvoir limité et par conséquent, un accès limité à l’information.

 

Pour l’instant.

 Chaque année, vous nous encouragez un peu plus. On a donc un pouvoir d’achat un peu plus grand. Ce pouvoir est pour nous un privilège et un devoir. Celui de poser plus de questions et d’avoir accès à des matières toujours un peu plus éthique et écologique.

 Mes trois citations préférées sont aussi mes mantras, que je me répète inlassablement

 

Acheter c’est voter!

Le savoir c’est le pouvoir!

Le diable est dans les détails!

 

 

Par conséquent, et malheureusement, le produit parfait n’existe pas.

 

Pas pour l’instant. Mais si on joignait tous la danse de poser plus de questions?

Sur le commerce équitable, est-ce que les employés derrière la production ont été payés un salaire juste?

 

Est-ce que ce produit est réparable? Quelle est sa durée de vie?

Comment peut-on le recycler? Que lui arrivera-t-il en fin de vie?

 

Local, éthique, écoresponsable, compostable, naturel… Il n’y a pas de valeurs meilleures qu’une autres. Mais le premier pas est la prise de conscience que notre consommation a un impact majeur sur les gens, l’environnement et le futur de nos enfants!

 

 Le moindre mal, c’est de commencer à entrer dans la danse et d’encourager les entreprises qui fabriquent des produits qui ont du sens!

Lire plus

Le moindre mal 🌍

Par Geneviève Lorange le

Une femme vient de téléphoner en boutique afin de me poser plusieurs questions sur nos textiles puisqu’elle fait des réactions allergiques.

J’espère que j’aurai toutes les réponses, mais aussi les produits parfaits!

 

Fabriqués à Montréal, tissés au Québec avec des fibres aussi locales, mais surtout naturelles, sans teinture, agent de blanchiment ou produits chimiques.

 Le produit parfait est fabriqué de composantes se trouvant à quelques kilomètres seulement de son lieu d’assemblage, évitant ainsi l’émission de gaz à effet de serre.

La matière première qui la compose n’a subi aucun traitement chimique nocif pour l’être humain ou l’environnement.

L’assemblage a été fait par des gens payés un salaire juste, et ce du début à la fin de la chaine de production.

Le produit en fin de vie se décomposera dans la nature comme par magie, sans laisser de traces.

 

Ce produit magique, à l’exception des aliments, n’existe pas.

 

C’est un fantasme. 

 

 De pouvoir faire pousser du lin biologique au Québec comme dans les années 1930 (le coton ne pousse pas ici, il fait trop froid)! De se procurer l’équipement pour le ramasser et gérer une ferme entourée de gens heureux! 

D’acheter ensuite une ancienne filature pour s’assurer que le fil de lin correspond aux plus hauts standard de qualité et sans aucun produit chimique.

 Puis d’acheter des cuves géantes et faire de la teinture avec des vieux légumes des fermiers qui ne sont pas assez beaux pour la consommation alimentaire. Vive la teinture avec les betteraves!

Du même coup, le recyclage alimentaire!

 Si je pouvais continuer, après avoir gagner le gros lot à la loterie, j’achèterais des machines à broder géantes pour faire des bordures de plus de 2m de long sur ses magnifiques tissus!

 Le tout serait coupé au laser avec une machine CNC et ensuite assembler avec des couturières extraordinaires et si bien organisée que ce serait comme un ballet, une chorégraphie parfaitement exécutée!

 

On reprendrait aussi tous nos produits en fin de vie pour les transformer en rembourrage d’autres produits! Afin que rien ne se perde, mais que tout se transforme! Un cycle de vie parfait!

 Voilà, on peut rêver.

Peut-être un jour. 

En ce moment en 2018 :

 Je fabrique de la literie dans un petit atelier d’Hochelaga. Ma mère coupe et deux couturières dévouées assemblent le tout.

 Si c’est de la danse, c’est plutôt entre le break-dance et la danse moderne, saccadée, intense, mais plein de désir d’apprendre.

 Bigarade c’est comme un enfant plein de bonnes intentions. On travaille avec tous les fournisseurs locaux possibles, tissus, corde, fermeture éclair, sérigraphie, etc.

Si c’est possible de le faire au Québec, on le fait. Même quand c’est plus cher, même quand c’est plus long.

Parce que le combat que j’ai choisi, c’est d’encourager les artisans locaux pour faire revivre l’industrie manufacturière au Québec… Je rêve encore, avec mon très petit pouvoir d’achat, je ne la sauve pas contre la mondialisation, mais je rêve que des milliers de petits artisans fassent comme moi et leur donnent un second souffle.

 

Parfois, mes fournisseurs chouchous ne connaissent rien aux tissus bios ou me regardent incrédules, sans réponse avec mes milliers de questions granolas. Ils ont peu de réponses pour moi comme quand je demande les composés de la peinture des curseurs de fermeture éclair.

Dans les dernières décennies, c’était une guerre de prix et non une quête d’informations.

 Je les pousse quand même quand c’est possible et parfois je fais de belles découvertes quand j’apprends qu’un de mes fournisseurs est certifié OEKO-TEX et ne le savait pas, ou ne m’en avait jamais parlé.

 

Souvent, j’ai devant moi des gens pleins de bonnes intentions, mais avec peu d’informations.

Je choisis quand même d’encourager ces gens plutôt que de chercher un tissu bio avec des certifications à l’autre bout du monde. Certifications qui sont souvent la parole de quelqu’un que je ne connais pas.

 Comme je disais à l’autre bout du fil, Bigarade est une toute petite entreprise avec un pouvoir limité et par conséquent, un accès limité à l’information.

 

Pour l’instant.

 Chaque année, vous nous encouragez un peu plus. On a donc un pouvoir d’achat un peu plus grand. Ce pouvoir est pour nous un privilège et un devoir. Celui de poser plus de questions et d’avoir accès à des matières toujours un peu plus éthique et écologique.

 Mes trois citations préférées sont aussi mes mantras, que je me répète inlassablement

 

Acheter c’est voter!

Le savoir c’est le pouvoir!

Le diable est dans les détails!

 

 

Par conséquent, et malheureusement, le produit parfait n’existe pas.

 

Pas pour l’instant. Mais si on joignait tous la danse de poser plus de questions?

Sur le commerce équitable, est-ce que les employés derrière la production ont été payés un salaire juste?

 

Est-ce que ce produit est réparable? Quelle est sa durée de vie?

Comment peut-on le recycler? Que lui arrivera-t-il en fin de vie?

 

Local, éthique, écoresponsable, compostable, naturel… Il n’y a pas de valeurs meilleures qu’une autres. Mais le premier pas est la prise de conscience que notre consommation a un impact majeur sur les gens, l’environnement et le futur de nos enfants!

 

 Le moindre mal, c’est de commencer à entrer dans la danse et d’encourager les entreprises qui fabriquent des produits qui ont du sens!

Lire plus


💦 Notre démarche de lessive zéro déchet

Par Geneviève Lorange le

 
Au tout début de Bigarade, je rêvais d’offrir un savon à lessive pour bien entretenir les créations que nous allions fabriquer avec tant d’amour!
 Ce fut plus simple à rêver qu’à mettre sur pied! Ce projet aura pris plus d’un an à voir le jour sous sa forme actuelle. Et tout particulièrement grâce à mon petit frère Jean-Philippe.
 Ensemble, nous avons imaginé toute une gamme de produits pour la lessive, savon, assouplisseur, détachant, blanchissant, et balle de séchage qui serait performant, mais surtout répondant à nos valeurs, soit zéro déchet, biodégradable, non testé sur les animaux et fabriqué au Québec.
 
Des produits magnifiques aussi beaux à l’extérieur qu’à l’intérieur. Des produits qui représentent notre démarche éthique.
 
Tout a commencé par mon souhait de transformer l’expérience du lavage à la maison en quelque chose d’agréable et luxueux. Pourquoi nos corvées, et tous les outils l’entourant, devraient être seulement pratiques et nullement esthétiques et agréables. J’ai donc cherché des contenants en verre solide et fabriqués le plus proche possible de chez nous. J’en ai trouvé qui sont fabriqués aux États-Unis et qu’on utilise souvent pour le sirop d’érable. J’ai adoré le clin d’œil à notre fierté sucrée locale et j’ai été conquise.
Il restait ensuite à trouver des bouchons en métal et pas en plastique, ça non plus ce ne fut pas une tâche facile.
 
Comme citoyen nous sommes de plus en plus sensibilisés à l’impact du plastique dans nos vies et je souhaitais mordicus créer des emballages sans aucun plastique! Oui, le verre et le métal c’est plus lourd, mais c’est plus durable, élégant et réutilisable.
 (Chez Bigarade. On fait tout pour minimiser les emballages à usage unique!)
 
 
POURQUOI DES BOUTEILLES EN VERRE?
 
Selon nos savants calculs, plus de 30 tonnes de plastique sont envoyées au recyclage ou aux poubelles chaque année, au Québec, uniquement pour les contenants jetables de lessive! En ce moment, l'alternative écologique est de réutiliser ce contenant et de le remplir dans une des nombreuses boutiques de vrac disponibles un peu partout dans les grandes villes. Toutefois, ce n'est pas tout le monde qui a accès à une boutique de vrac à proximité, mais tout le monde a son bureau de poste pas très loin. C'est pourquoi nous amenons les avantages écologiques du vrac, mais avec le côté pratique d'un abonnement par la poste! En plus, c'est bien plus joli que les contenants fluorescents qu'on n'ose pas laisser à la vue plus de cinq minutes!
 
J’avais, dans notre atelier, de nombreux sacs de retailles de cuir provenant d’un fabricant de sofas du quartier. J’avais principalement des retailles de cuir blanc dont je ne savais pas quoi faire et je tenais à leur donner une seconde vie. Le cuir est une matière noble qui, une fois transformé en étiquette, facilitait la prise en mains.
 
Avant de faire des étiquettes en cuir, j’ai beaucoup réfléchi et mes valeurs étaient tiraillées.
Était-ce mieux de ne pas utiliser de cuir puisque cela encourageait ce commerce qui a souvent mauvaise presse ou de détourner des matières encore utiles de l’enfouissement.
J’ai choisi de préserver la planète pour le moment, mais cette décision difficile n’est pas permanente.
Quand vous lirez ces lignes, nos emballages auront peut-être déjà changé, on a travaillé ces derniers mois sur l’impression des bouteilles avec de l’encre organique afin de ne pas produire davantage de déchet.
La bouteille n’était que la pointe de l’iceberg.
 
Mon frère,  Jean-Philippe, parti en mission pour développer le détergent parfait qui réponderait à toutes nos hauts critères de qualité écologique d'un produit ménager selon un article* de la Presse qu’il avait lu.
 1- La bonne performance en eau froide, pour diminuer la consommation d'énergie.
2- La certification 301D de l'OCDE, qui certifie la biodégradabilité du produit en moins de 28 jours.
3- Ne contient pas d'informations redondantes (par exemple, Écologo et test 301D OCDE,
car l'un est compris dans l'autre).
4- Un contenant recyclable ou, encore mieux, un contenant réutilisable.
5- Une formule la plus concentrée possible, et des contenants de grand format, pour diminuer les impacts du transport.
6- Sans parfums à base de phtalates.
Nos produits de lessive Bigarade répondent à tous ces critères, et même plus!
 
 Jean-Philippe était donc pas mal fier qu’on soit mentionné par la suite dans la Presse : http://www.lapresse.ca/maison/201804/10/01-5160486-savon-a-lessive-zero-dechet-livre-a-votre-porte.php
 
Il ne restait que plus qu’à peaufiner l’emballage avec des billes en maïs compostables, le tout dans une boite en carton kraft non blanchi.
 
Jean-Philippe termina par instaurer un système de consigne de bouteilles avec un retour de celles-ci sans frais supplémentaires pour un remplissage, peu importe où l’on habite au Canada et si l’on détient un abonnement.
 
 
 
 
 
 
 *http://www.lapresse.ca/maison/renovation/renovation-verte/201205/23/01-4527798-nettoyants-ecologiques-les-experts-se-mouillent.php#Slide-5-box-0

Lire plus

💦 Notre démarche de lessive zéro déchet

Par Geneviève Lorange le

 
Au tout début de Bigarade, je rêvais d’offrir un savon à lessive pour bien entretenir les créations que nous allions fabriquer avec tant d’amour!
 Ce fut plus simple à rêver qu’à mettre sur pied! Ce projet aura pris plus d’un an à voir le jour sous sa forme actuelle. Et tout particulièrement grâce à mon petit frère Jean-Philippe.
 Ensemble, nous avons imaginé toute une gamme de produits pour la lessive, savon, assouplisseur, détachant, blanchissant, et balle de séchage qui serait performant, mais surtout répondant à nos valeurs, soit zéro déchet, biodégradable, non testé sur les animaux et fabriqué au Québec.
 
Des produits magnifiques aussi beaux à l’extérieur qu’à l’intérieur. Des produits qui représentent notre démarche éthique.
 
Tout a commencé par mon souhait de transformer l’expérience du lavage à la maison en quelque chose d’agréable et luxueux. Pourquoi nos corvées, et tous les outils l’entourant, devraient être seulement pratiques et nullement esthétiques et agréables. J’ai donc cherché des contenants en verre solide et fabriqués le plus proche possible de chez nous. J’en ai trouvé qui sont fabriqués aux États-Unis et qu’on utilise souvent pour le sirop d’érable. J’ai adoré le clin d’œil à notre fierté sucrée locale et j’ai été conquise.
Il restait ensuite à trouver des bouchons en métal et pas en plastique, ça non plus ce ne fut pas une tâche facile.
 
Comme citoyen nous sommes de plus en plus sensibilisés à l’impact du plastique dans nos vies et je souhaitais mordicus créer des emballages sans aucun plastique! Oui, le verre et le métal c’est plus lourd, mais c’est plus durable, élégant et réutilisable.
 (Chez Bigarade. On fait tout pour minimiser les emballages à usage unique!)
 
 
POURQUOI DES BOUTEILLES EN VERRE?
 
Selon nos savants calculs, plus de 30 tonnes de plastique sont envoyées au recyclage ou aux poubelles chaque année, au Québec, uniquement pour les contenants jetables de lessive! En ce moment, l'alternative écologique est de réutiliser ce contenant et de le remplir dans une des nombreuses boutiques de vrac disponibles un peu partout dans les grandes villes. Toutefois, ce n'est pas tout le monde qui a accès à une boutique de vrac à proximité, mais tout le monde a son bureau de poste pas très loin. C'est pourquoi nous amenons les avantages écologiques du vrac, mais avec le côté pratique d'un abonnement par la poste! En plus, c'est bien plus joli que les contenants fluorescents qu'on n'ose pas laisser à la vue plus de cinq minutes!
 
J’avais, dans notre atelier, de nombreux sacs de retailles de cuir provenant d’un fabricant de sofas du quartier. J’avais principalement des retailles de cuir blanc dont je ne savais pas quoi faire et je tenais à leur donner une seconde vie. Le cuir est une matière noble qui, une fois transformé en étiquette, facilitait la prise en mains.
 
Avant de faire des étiquettes en cuir, j’ai beaucoup réfléchi et mes valeurs étaient tiraillées.
Était-ce mieux de ne pas utiliser de cuir puisque cela encourageait ce commerce qui a souvent mauvaise presse ou de détourner des matières encore utiles de l’enfouissement.
J’ai choisi de préserver la planète pour le moment, mais cette décision difficile n’est pas permanente.
Quand vous lirez ces lignes, nos emballages auront peut-être déjà changé, on a travaillé ces derniers mois sur l’impression des bouteilles avec de l’encre organique afin de ne pas produire davantage de déchet.
La bouteille n’était que la pointe de l’iceberg.
 
Mon frère,  Jean-Philippe, parti en mission pour développer le détergent parfait qui réponderait à toutes nos hauts critères de qualité écologique d'un produit ménager selon un article* de la Presse qu’il avait lu.
 1- La bonne performance en eau froide, pour diminuer la consommation d'énergie.
2- La certification 301D de l'OCDE, qui certifie la biodégradabilité du produit en moins de 28 jours.
3- Ne contient pas d'informations redondantes (par exemple, Écologo et test 301D OCDE,
car l'un est compris dans l'autre).
4- Un contenant recyclable ou, encore mieux, un contenant réutilisable.
5- Une formule la plus concentrée possible, et des contenants de grand format, pour diminuer les impacts du transport.
6- Sans parfums à base de phtalates.
Nos produits de lessive Bigarade répondent à tous ces critères, et même plus!
 
 Jean-Philippe était donc pas mal fier qu’on soit mentionné par la suite dans la Presse : http://www.lapresse.ca/maison/201804/10/01-5160486-savon-a-lessive-zero-dechet-livre-a-votre-porte.php
 
Il ne restait que plus qu’à peaufiner l’emballage avec des billes en maïs compostables, le tout dans une boite en carton kraft non blanchi.
 
Jean-Philippe termina par instaurer un système de consigne de bouteilles avec un retour de celles-ci sans frais supplémentaires pour un remplissage, peu importe où l’on habite au Canada et si l’on détient un abonnement.
 
 
 
 
 
 
 *http://www.lapresse.ca/maison/renovation/renovation-verte/201205/23/01-4527798-nettoyants-ecologiques-les-experts-se-mouillent.php#Slide-5-box-0

Lire plus


Comprendre les signes de lavages

Par Bigarade Collaborator le

Lorsque nous avons une couverture en laine ou une housse de couette de grande valeur (sentimentale ou non), on veut la préserver. Nous vous avons  donc concocté un petit article afin de vous aider au mieux avec la description des signes de lavage. Comprendre les signes de lavages.

Lire plus

Comprendre les signes de lavages

Par Bigarade Collaborator le

Lorsque nous avons une couverture en laine ou une housse de couette de grande valeur (sentimentale ou non), on veut la préserver. Nous vous avons  donc concocté un petit article afin de vous aider au mieux avec la description des signes de lavage. Comprendre les signes de lavages.

Lire plus